Le jour du dépassement ou de la faillite écologique

Logo Earth Overshoot Day 2016

Le 8 août aura été le jour du dépassement pour l'année 2016 ! Ce jour où un budget annuel et mondial en ressources naturelles, si il était décompté à partir de chaque 1er janvier serait épuisé. Ce jour où l'empreinte écologique de l'humanité dépasse la biocapacité de la terre. La date du "jour du dépassement" s'avance chaque année, puisqu'elle se présentait le 13 août en 2015.

Empreinte écologique et biocapacité

L'empreinte écologique est un indicateur développé par William E. Rees et Mathis Wackernagel qui cherche à évaluer et à comptabiliser la pression exercée par l'homme sur les ressources naturelles et les services écologiques rendus par la nature. La biocapacité elle représente ces ressources et services disponibles. La différence entre les deux représente l'état d'abondance ou d'endettement de l'humanité vis-à-vis de l'environnement. Elle s'exprime en hag (hectares globaux), unité reliée à l'espace disponible sur notre planète.

 

Et c'est bien le problème, depuis 1979, l'empreinte écologique dépasse la biocapacité de la Terre. Cela signifie que nous vivons dans un état d'endettement croissant. On considère ainsi qu'en 2016, l'humanité consomme les ressources équivalentes à 1,6 planètes Terre.

 

Cet indicateur qui peut être utilisé à l'échelle des états est bien évidemment relatif au mode de vie des sociétés qui diffèrent selon les lieux et les époques. Les pays dépassant leur biocapacité sont représentés dans cette cartographie montrant l'évolution des dernières décennies.

L'empreinte écologique, outil d'analyse et démarche pédagogique

L'empreinte écologique se rapproche d'autres outils utilisés dans la communication au public tel que le Bilan Carbone. Il est également aujourd'hui utilisé comme indicateur dans les négociations internationales et permet de comparer des modes de vie, de production et de consommation entre eux, sans pour autant avoir la prétention d'être exhaustif dans la compréhension de nos impacts environnementaux.

 

Pour ceux qui sont curieux de mieux comprendre la construction de cet indicateur, nous vous conseillons l'excellente émission du "Dessous des cartes" consacré à l'empreinte écologique.

Payer la dette ou faire faillite

Cette situation doit nous interpeller et ne peut être déconnecté des problématiques économiques et sociales que notre époque rencontre. Si un entreprise, ou plus récemment des villes ou des états en cessation de paiement peuvent se permettre une mise en faillite, il n'en est pas de même en matière environnementale. Les impacts écologiques de nos modes de vie nous reviennent ou nous reviendront nécessairement. Sous forme de changement climatique, de crise sanitaire ou de disparition des matières premières, l’augmentation de nos impacts ne nous sera pas épargné si des moyens de remédiation et de limitation ne sont pas mis en place. Si sur le plan économique, cette empreinte peut être réfléchi comme un pic de pétrole ou de ressources minérales, nous savons que le passage d'un certain palier amène nécessairement des crises majeures et parfois violentes. L'empreinte écologique met également en exergue les inégalités persistantes entre les populations.

 

Se soucier de cette question du dépassement, c'est donc se soucier de l'avenir, des générations futures, mais surtout, et de plus en plus, de l'époque présente, et finalement de nous.