Journée mondiale des océans

Tous les 8 juin est célébrée la Journée mondiale des océans instituée en 1992 à l’issue du sommet de Rio, et reconnue officiellement par les Nations Unies en 2009. Cette année, la thématique retenue est « Healthy oceans, healthy planet » - Des océans sains, une planète saine. Le choix de ce sujet met en avant la corrélation entre le souci de l’environnement marin, et celui des équilibres globaux de la planète, de la biosphère et donc des sociétés humaines.

 


En effet, on oublie bien souvent la quantité phénoménale de services rendus par les milieux marins, et encore plus lorsque l’on ne vit pas à proximité des littoraux. Et pourtant, comme le rappelle le Ministère de l’environnement, de l’énergie et de la mer, les mers nous nourrissent, elles nous guérissent, nous émerveillent, et nous aident même à respirer.

 

Sur le plan de l’alimentation, les poissons représentaient en 2010 16,7% de la consommation globale de protéines animales, et 6,5% des protéines totales consommées (FAO, 2014). Il est remarquable que la portion de produits de la mer ait augmenté plus vite que la population mondiale et prend de plus en plus d’importance. Les produits marins sont utilisés pour l’alimentation mais également pour de nombreuses productions non-alimentaires telles que la chimie, la cosmétique, et pour l’avenir certainement de plus en plus pour les énergies.

 

De ces multiples utilisations, les pratiques de pêche et d’aquaculture portent une responsabilité croissante, et une attention accrue est portée aux impacts des pratiques sur les ressources halieutiques et les écosystèmes. La FAO, l’Organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture a pour cela établi en 1995 un code de conduite pour une pêche responsable, visant à limiter les impacts environnementaux. Ce code, facultatif, vient s’ajouter à l’arsenal des conventions internationales sur le droit de la mer, mais également sur la biodiversité, et sur l’environnement.

 

Les océans fournissent également un service de régulation au niveau du changement climatique via le stockage et la régulation du principal gaz à effet de serre dans l’atmosphère : le dioxyde carbone (CO2). En effet une récente étude a démontrée que les mers du Nord de l’Europe permettaient à eux seuls, l’absorption annuelle de 24 millions de tonnes de CO2 (Shutler et al., 2016).

 

Concernant la préservation des milieux marins, au niveau européen a été établie la DCSMM -  directive-cadre stratégie pour le milieu marin (UE, 2008), sur le modèle de la directive cadre sur l’eau de 2000 (UE, 2000), avec pour objectif de réaliser ou maintenir le bon état écologique du milieu marin pour 2020. Les états ont ainsi pour devoir d’établir des stratégies en ce sens, notamment pour leurs eaux territoriales.

 

La compréhension globale des enjeux liés aux milieux marins tant en termes de préservation des équilibres écologiques que des ressources doit nous amener à considérer les bienfaits de ces espaces naturels qui, si nous relevons le défi de leur préservation, continueront d’être le point de rencontre entre les rêves et l’aventure humaine.

 

 

Sources & Bibliographie

FAO, 1995, Code de conduite pour une pêche responsable, Rome, FAO, 46p.

 

FAO, 2014, The state of world fisheries and aquaculture, Opportunities and challenges, Rome

 

Shutler et al., 2016, FluxEngine: A Flexible Processing System for Calculating Atmosphere–Ocean Carbon Dioxide Gas Fluxes and Climatologies, Journal of atmospheric and oceanic technology, American Meteorological Society

 

UE, 2000, Directive 2000/60/CE du Parlement européen et du Conseil du 23 octobre 2000 établissant un cadre pour une politique communautaire dans le domaine de l’eau

 

UE, 2008, Directive 2008/56/CE du Parlement Européen et du Conseil du 17 juin 2008 établissant un cadre d’action communautaire dans le domaine de la politique pour le milieu marin (directive-cadre stratégie pour le milieu marin)